Les remparts - Les beautés du Tournaisis

Les Beautés du Tournaisis
e-Oli présente ...
Les Beautés du Tournaisis
Aller au contenu

Les remparts

Avec ses 2000 ans d'histoire, Tournai est une ville très riche en histoire.  Dès le 1e siècle, Tournai est une agglomération située au centre d'un important nœud routier, où se développe un rapide essor économique. Tournai s’entourera rapidement de différentes enceintes qui la protègeront des peuplades étrangères qui voudraient envahir la ville.

Ainsi elle connaîtra une enceinte gallo-romaine (Détruite en 881 par les Normands), une enceinte épiscopale (début du Xème), d'une première enceinte communale (1188 à 1202) et d'une seconde enceinte communale (XIIIe-XIVe siècle).


Les enceintes communales.

Entre 1197 et 1202, la première enceinte communale est construite. Elle va emmurer les quartiers du Marché, de Saint-Piat et de Saint-Brice. Son tracé est connu et, grâce aux nombreux vestiges qui la jalonnent, on peut la reconstituer avec précision. Elle était longue de 2720 mètres (soit 1650 mètres sur la rive gauche, et 1070 mètres sur la rive droite) et protégeait environ 47 hectares. De la première enceinte, sont encore visibles la tour (dite) « des Rédemptoristes », la tour du Cygne, le fort Rouge qui doit son nom à la couleur de son toit, la tour Saint-Georges et la tour du Séminaire.

La ville étant de plus en plus enserrée dans ses murailles du XIIe siècle, les autorités décident la construction d’une nouvelle enceinte plus grande, englobant les nouveaux faubourgs de Tournai, c’est-à-dire les seigneuries du Bruille et des Chaufours. Les remparts ont finalement été détruits au milieu du XIXe siècle . Grâce au léger décalage du boulevard Walter de Marvis, ces tours ont été préservées.

Démantelées à partir de 1863 pour permettre l’aménagement des boulevards actuels qui suit son tracé, les fortifications tournaisiennes ont laissé de nombreux témoignages de leur existence dans la cité de l’Escaut. De la seconde enceinte existent toujours le pont des Trous, les tours Marvis et Saint-Jean, la porte de Marvis et le rempart de Choiseul.

Les termes "intra muros" et "extra muros" font référence au second mur d'enceinte (donc au boulevard) selon si on se trouve dedans (intra) ou dehors (extra).
Chaque logo de site ci-haut donne un accès direct sur l'article du site en question en rapport au sujet.
@ e-Oli 2014 - 2021
Retourner au contenu