Son folklore - Les beautés du Tournaisis

Les beautés du Tournaisis
2000 ans d'histoire
Les beautés du Tournaisis
2000 ans d'histoire
Aller au contenu
Le folklore
La richesse de 2000 ans d'histoire
Le folklore (de l'anglais folk, peuple et lore, savoir, connaissances, science) est le moyen collective d'un peuple de se transmettre d'une génération à l'autre par voie orale et par rite. Ces arts et traditions populaires comprennent la culture littéraire (contes, récits, chants, musiques et croyances), figurative (rites, costumes, danses, décors, représentations), et matérielle (habitation, outillage, techniques, instruments, etc.).

Ce domaine de la culture populaire est étudié par les folkloristes, qui ont une approche ethnologique ou muséographique. D'ailleurs notre ville comporte son propre musée : le musée du Folklore et des Imaginaires à visiter absolument.
La procession.
Une maladie très grave envahie la ville au alentour de 1089 et 1090. Certains pense qu'il s'agit de la peste mais d'autre d'un empoisonnement venant de l'ergot du seigle (l'ergotisme). Quoiqu'il en soit, une épidémie tragique s'abat sur nos sols. Malades et nosophobe (peur de tomber malade) se réfugie en masse à la Cathédrale chercher guérison et protection. Il faut savoir qu'à ces temps, la population est fort porter sur les croyances. Sensible aux malheurs de tant d’hommes et de femmes, Radbod, évêque de Noyon et de Tournai, invita les chrétiens à un jeûne général le vendredi 13 septembre 1090 et leur proposa le lendemain, le samedi 14, fête de l’Exaltation de la Croix, une procession de supplication autour de la ville menacée par la mort. La prière de tous fut entendue et le fléau cessa. L’evêque Radbod décida alors de renouveler la procession chaque année en signe de reconnaissance à Dieu.

Cette marche chrétienne a traversé les affres des temps en s'adaptant au fil des siècles, même les guerres et révolutions n'ont pas découragées les fidèles. Mais en réalité, il a été annulé 2 années : 1566 car la ville était aux mains des
iconoclastes (artisans des empereurs byzantins qui s'opposèrent à l'adoration et au culte des images) et il y a peu en 2020 sur ordre gouvernemental dû à la pandémie mondiale.
Les 4 cortèges
Vers 1932, un ébéniste tournaisien, Edouard Tréhoux, conçoit un premier géant - la «reine Tournai» - pour la braderie de la rue des Puits-l'Eau. Une idée appelée à se développer puisque sa femme et ses amis formèrent un «Comité folklorique de Tournai». Comité qui permit dès 1933, la sortie de sept géants. Aux côtés de reine Tournai, on pouvait ainsi admirer Childéric, Louis XIV, Christine de Lalaing, Sarragos et Louis XVIII. En 1934, trois nouveaux géants: Lethalde, Englebert et le Châle vert. Une cinquantaine de figurants costumés et un char sur le thème de la chanson «Les Tournaisiens sont là» vinrent se joindre au cortège.

Ce défilé des figures historiques marque l’histoire de la ville : Louis XIV, le roi Childéric, Christine de Lalaing, Léthalde, Englebert et quelques personnages locaux typiques comme Grand’Mère Cucu, entourés de chars fleuris et de groupes musicaux.
Créé avec WebSite X5
Les beautés du Tournaisis
Retourner au contenu