Les beautés du Tournaisis

Les Beautés du Tournaisis
e-Oli présente ...
Les Beautés du Tournaisis
Aller au contenu
Tournai, une ville riche.

Ville bimillénaire, Tournai s'appelait Tornacum, puis Tournay pour enfin devenir Tournai. Elle est surnommée la cité des 5 clochers grâce à sa cathédrale. Elle est jumelée avec la ville de Troyes en france.

Lorsque nous parlons de Tournai, nous pensons immédiatement à sa ville. Tournai est aussi une commune regroupant 29 villages et possèdent même son propre arrondissement.

Tournai possède une histoire riche de par son âge, sa situation géographique, ses occupations militaires et religieuses mais aussi de par son sol calcaireux.

Tantôt romaine, française, flamande, hollandais, espagnole et même anglaise, elle a même été un court moment la capitale du Royaume des Francs (de l'ancienne France). De par ses occupations religieuses, Tournai est remplie d'Églises.

Entourée dans le passé par 2 murailles construites et détruites l'une après l'autre, il en reste des remparts, des traces. D'ailleurs, le tracé des Boulevards qui entoure la ville suit approximativement celui de la seconde muraille.

La ville de Tournai est aussi riche en parcs rendant Tournai la ville la plus verdoyante en rapport au pourcentage de sa superficie.
Le tournaisis.

Le Tournaisis s’émeut pour peu qu’on le regarde :
C’est un pays sensible, aux vives traditions ;
Il a gardé l’accent de la langue picarde
Et la ferveur pieuse de sa procession.

C’est une région noble où le fleuve paresse
Dans la douce vallée qu’animent quelques monts ;
Coulant des flots heureux, il offre sa caresse
À la pierre cachée sous les riches limons.

Des fours à chaux éteints s’égrènent sur les berges
Témoins silencieux d’un passé de renom ;
Et les murs des remparts, qui ça et là émergent,
Gardent le souvenir des cris et du canon.

La terre, qui connut tant de luttes guerrières,
Sourit à la beauté de grands champs généreux
Aujourd’hui apaisés. Et les vaches laitières
Broutent paisiblement dans les prés savoureux.

Des bois aux noms anciens ornent le paysage
Reliques de forêts où chassait le seigneur ;
Les vieux clochers aigus rappellent aux villages
Que longtemps l’évêché régna sur leur labeur.

La ville se souvient qu’elle fut capitale :
Les pages de l’histoire habitent ses pignons
Et les voûtes sacrées de notre cathédrale
Qui recèle à jamais l’âme des compagnons.

Poème de Jean Secret, membre du groupe.









@ e-Oli 2014 - 2020
Retourner au contenu